Comment se sortir vivant de sa plus grande relation amoureuse et non en morceaux ?

Je n'ai pas échappé à la grande fosseuse de l'amour dans ma vie.

Tout a démarré pour moi en 2006. Une délicieuse petite plantureuse aux grands yeux verts m'a retourné la tronche comme personne. Dès la semaine précédente de nos débuts (elle m'a fait mariner 3 semaines), j'ai commencé à recevoir des énormes intuitions qu'il fallait pas y aller.

Que nenni. J'y suis allé. J'ai plongé dans le peau de confiture pour la première fois et jouer à la passion amoureuse, ce que tout le monde appelle l'amour (qui n'existe pas sous cette forme là d'ailleurs, puisqu'il s'agit d'une fiction de nos névroses d'enfance qui peuvent rejouer la partie pleinement afin qu'on prenne les leçons, ce qu'on fait la plupart du temps jamais en se contentant de retrouver un nouveau partenaire de jeu pour vite recommencer ailleurs sous une nouvelle forme mais avec un fond identique).

Nous avons vécu un superbe run de 5 ans.

Je l'ai même fiancé (passé la nuit intégrale précédente à dealer avec mes guides intérieurs qui hurlaient) puis marié l'année suivante (repassé une nuit entière à dealer avec mes guides qui essayèrent tout ce qui était en leur pouvoir pour m'arrêter, notez bien d'ailleurs qu'à ce se stade, je suis à 4 ans de bonheur intense et lumineux et passablement sourd à un quelconque message de prudence...).

J'avais une société qui m'avait sorti du RMI et qui tournait bien. Une belle Audi TT noire que j'adorais. Des chats. Des potes. Tout roulait... sauf la France de Sarkozy plus socialiste que jamais.

L'idée que j'ai pas vu arriver, cela a été de décider de me barrer au Costa Rica. Après une longue recherche d'un an et 10 voyages dans différents pays, j'ai misé sur une folie intuitive. Ce sera le Costa Rica.

Le piège s'est refermé sur moi à mon insu.

Mes grands yeux verts ont dit oui avec la voix, mais je n'ai pas lu le NON à l'intérieur. J'ai foncé et j'ai embarqué 3 chats en plus d'elle...

Le Costa Rica de 2009 / 2010 n'était pas ce qu'il est aujourd'hui. C'était beaucoup plus sport et rugueux. Ma petite bourgeoise a piqué du nez très rapidement. Et moi j'ai rien compris.

Le couple a explosé en quelques mois seulement dans un immense contraste où début 2010, on a touché un plus haut dans une perfection absolue pour le début de notre cinquième année et la fin 2010, un plus bas très sombre.

J'ai appliqué la seule règle que je connaisse avec les femmes quand elles prennent exigent et communiquent pas... je suis allé voir ailleurs.

Il faut dire que ayant quitté la prison française, j'accédais à des ressources naturelles d'extrême qualité... les colombiennes. Aucune française ne pourra jamais faire la compétition physique avec ces femmes génétiquement modifiées en faveur des hommes...

Et un jour de 2011, j'ai emmené fièrement à l'aéroport ma française aux yeux verts que j'aimais tant dans le fond... elle était devenue une horreur à vivre au quotidien. Retour à l'expéditeur...

A débuté pour moi la descente. J'ai rien compris mais en un claquement de doigt, me suis retrouvé au sol avec un trou à la place du coeur.

Bon notez bien, j'étais encore une fois en dehors de la prison française, avec du blé et même pas 40 ans. Une position parfaite à l'international dans les pays émergents.

J'ai commencé à compenser et à taper pas mal de ressources naturelles, tout particulièrement à Bangkok Sukhumvit où en 2012, c'était le feu (pas comme aujourd'hui, où tout est niqué). Les rues étaient pleines de vie 24h/24. On a vécu avec mes potes une transe pendant des années dans ce four géant.

Mais rien n'a pu entamer ma peine.

Il m'a fallu 5 ans pour comprendre (je suis un rapide hahahaha) un léger détail... je ne regrettais pas mon ex femme. Je regrettais ce que j'avais vécu avec elle. Ce que j'avais pu ressentir avec elle. C'était comme un paradis perdu.

A partir du moment où j'ai pigé cela, la libération s'est mise en route.

J'étais emprisonné dans une erreur d'analyse. Elle m'a coûté ultra chère.

Les femmes se remplacent très facilement sur les places de marché fluides des pays jeunes. J'ai fait une vidéo la desssus. Une fois qu'on comprend la psychologie locale, les surcotes et décotes, on joue gagnant à tous les coups. https://www.youtube.com/watch?v=KHQy0HGU6mA&t=27s

Ce qui ne se remplace pas ou presque pas, c'est l'intensité hormonale d'un contact amoureux névrotique, (excusez moi, l'amour passionnée de monsieur et madame michu occidental, à base de pseudo romantisme).

Comment on se sort de ce bordel ?

Ba en utilisant une idée saugrenue...

Et si je m'apportais à moi même ce que j'ai trouvé dans ma passion ?

C'est le secret des relations amoureuses. La seule voie qui marche durablement. L'explication que même les hommes aux ressources les meilleures (meilleur physique et pognon en masse), échouent, se marient, divorcent, recommencent 3 à 5 fois et finissent dégoûtés, malgré leur stature.

L'abandon de la dépendance à un partenaire amoureux et l'autonomie de ses sentiments. La femme devient une partenaire limitée avec laquelle on partage sa passion avec soi même. En aucune manière, elle doit remplacer le robinet qui distribue l'amour.

Bon évidemment, s'apporter à soi même ce qu'on trouve chez une femme en pleine passion, ne se fait pas du jour au lendemain...

Mais la carotte obtenue par cette stratégie vaut tous les sacrifices. On devient un aimant et on reçoit paradoxalement 10 fois alors qu'on en a 10 fois moins besoin.

La vie, ses paradoxes et ses ambivalences...

En développant ce mécanisme mature, j'ai mis la main sur d'autres et d'autres... au final, j'ai multiplié par 4 ma productivité et je me suis vraiment solidement libéré des contraintes de la vie.

Cela a donné naissance à un programme dans lequel j'ai tout raconté http://formation.objectifeco.com/apprendre-ne-pas-rater-sa-vie-charles-dereeper/

J'ai rebondi à partir de ce programme pour préparer mon année 2018 dans une voie que jamais je n'aurais soupçonné emprunter... les possibilités d'exploitation de cette approche de la vie sont illimitées. Il est dommage que si peu de gens s'y aventurent dans la pratique.

Charles Dereeper

Lu 175 fois Dernière modification le mercredi, 08 novembre 2017 16:39

Voir tous les articles de Charles Dereeper