L'hormone de croissance pour le sport - entre mythe et réalités scientifiques.

Quand j’ai commencé à lire des magazines de culturisme il y a une dizaine d’années, il y avait des choses que je savais impératives pour ma réussite : manger des tonnes de protéines, éviter le surentraînement par crainte d’un choc de cortisol, prendre 6 à 8 repas par jour et faire tout ce qui était en mon pouvoir pour améliorer mes réponses hormonales.

10 années plus tard, ce que je pensais juste s’est en fait avéré mal interprété !

Je me suis trouvé bien mieux en travaillant chaque partie du corps 2 fois par semaine. Concernant mes jambes, j’ai obtenu de meilleurs résultats avec des séances de 2h d’entrainement 3 fois par semaine.

 

imagespp

 

Grâce à mes recherches sur le métabolisme des protéines, à la connaissance de moi-même et de centaines de clients, j’ai pu observer que la plupart des bodybuilders consommaient plus de protéines qu’ils n’en avaient besoin pour maximiser les avantages des macronutriments mais également qu’ils mangeaient trop souvent.

 

Et qu’en est-il des hormones ?

Certes, maximiser les réponses hormonales par la nutrition est essentiel. En tant que culturiste naturel, je devais maximiser ma production d’hormones comme l’hormone de croissance GH pour atteindre le niveau de physique naturel.

 

L’hormone de croissance (GH) a longtemps été vue comme le Saint-Graal du salut anabolisant par les gourous et les culturistes. L’engouement pour la GH a même produit une catégorie entière de suppléments sportifs dont le but était d’améliorer la GH afin d’augmenter la masse musculaire.

Mais qu’en est-il exactement ? Quelles sont les preuves que la GH est vraiment un anabolisant ?

L’hormone de croissance est une hormone peptidique qui agit à la fois directement par l’intermédiaire du récepteur de GH sur divers tissus et en augmentant l’IGF-1 systémique pour exercer ses effets.

Il a été déterminé que la croissance et la maturation du système musculo-squelettique  est médiée par des changements de GH et d’IGF-1.

Au cours de la jeunesse, un déficit en GH peut entrainer un ralentissement de la croissance du système musculo-squelettique , alors qu’un excès peut provoquer des changements accélérés dans la croissance et la stature.

Un rejet chronique de l’excès de GH appelé acromégalie est un syndrome dans lequel l’hypophyse surproduit la GH, généralement due à une tumeur qui entraine une forte augmentation de la taille, la croissance des mains, des pieds et du visage. Il est souvent associé au gigantisme, une condition également causée par la libération excessive de GH.

En outre, beaucoup de gens pensent que la réduction de la GH, peut entrainer, avec l’âge, des baisses de la masse corporelle maigre.

De nombreux « experts » ont cité des études démontrant que la supplémentation en GH chez des individus déficients en GH a normalisé la masse corporelle maigre, comme une preuve supplémentaire que la GH est un anabolisant.

Ils soulignent également les quantités massives de masse musculaire portées par les pros de l’IFBB (International Federation of Bodybuilding and Fitness) qui utilisent des quantités supraphysiologiques de GH, comme un autre élément de preuves pour expliquer pourquoi GH est anabolique.

 

grossir-hormone-croissanceoo

 

Ces pros utilisent beaucoup d’autres médicaments !

L’argument le plus fort des « gourous » se rapporte aux exercices à haut volume qui recrutent les grands groupes musculaires et nécessitent  un haut degré d’effort, élevant ainsi la GH de manière significative.

Cependant, alors que ces éléments d’information soulèvent des possibilités intéressantes pour la GH, aucun d’entre eux apportent la preuve concluante que les augmentations physiologiques de GH sont anabolisantes. 

 

Les données dispersées

Comme indiqué précédemment, l’excès de GH peut provoquer des changements dans la croissance et une déficience en GH va entrainer une diminution de la croissance.

Beaucoup de gens ont pris cette information pour argent comptant et ont conclu que la réponse anabolique à la GH est linéaire et qu’en augmentant la GH dans la gamme physiologique, ils auront des effets anabolisants profonds.

Les véritables données scientifiques sont très différentes. La supplémentation en GH chez les individus sains n’augmente pas la force par rapport au placebo. L’augmentation de la masse maigre du corps est due à la rétention d’eau associée à une formation accrue de collagène. Il n’y a pas d’augmentation de tissus musculaires réelle.

En outre, en ajoutant des quantités exogènes supraphysiologiques de GH pour compléter des programmes identiques de formation de résistance chez les jeunes hommes, cela ne conduit pas à des améliorations dans la synthèse des protéines du squelette musculaire, dans la masse musculaire ou dans la force par rapport au placebo.

Sur la base des données ci-dessus, il est clair que la supplémentation en GH n’est pas anabolisante pour le tissu musculaire. Je précise combien il est crucial d’utiliser des protocoles de formation pour optimiser la réponse de la GH naturelle à de nombreux programmes de formation et de perfectionnement construits pour maximiser la production de GH.

Un gourou bien connu prêche même de limiter la prise alimentaire après l’entrainement afin de maximiser la GH produite au cours de la séance (l’alimentation va diminuer la GH).

 

Recherches sérieuses

Heureusement pour nous, le laboratoire du docteur Stuart Philipps à l’Université McMaster au Canada, a effectué des recherches approfondies sur ce sujet.

Dans une étude, les chercheurs ont comparé 2 protocoles de formation : un protocole qui a provoqué une augmentation très drastique des taux circulants de GH et un autre qui a maintenu des niveaux  bas de GH.

Les deux protocoles ont comparé les différences dans la synthèse des protéines et de l’hypertrophie des bras en réponse à la formation, mais un protocole a jumelé la séance d’entrainement des bras avec un grand groupe de muscles des jambes.

Travailler sur un petit muscle comme les bras n’augmente pas la libération de GH alors que le travail sur un groupe de quadriceps le fait.

 

imagesZZ

 

Fondamentalement, les séances de bras étaient identiques, la seule différence c’était que  certains ne travaillaient pas les bras et d’autres travaillaient les bras immédiatement suivi par les jambes afin de provoquer une réponse significative de l’hormone de croissance.

En effet, la séance  d’entrainement de bras n’a pas augmenté la GH alors que pour le groupe de bras + jambes, la GH a augmenté plus de 10 fois !

Même s’il y avait une énorme différence dans les réponses de l’hormone de croissance entre les groupes, il n’y avait pas de différence dans le taux de synthèse des protéines dans les muscles du bras en post formation et il n’y avait pas de différence entre les groupes dans l’hypertrophie musculaire des bras après 15 semaines !

Si vous n’êtes pas encore convaincu par ces données, voici une information qui pourrait vous convaincre : la cardio de faible intensité et le jeûne  augmentent réellement la GH.

J’ai observé que plusieurs formateurs recommandent de prolonger le jeûne dans un effort pour maximiser la GH. Ce doit être l’une des choses les plus brotelligentes que j’ai jamais entendues !

Vous allez me dire que ne pas manger est plus anabolique que de manger ? Comme vous pouvez le voir sur toutes les données présentées ici, ceci est carrément une approche stupide puisque la GH n’est pas anabolisante pour le tissu musculaire, même lorsqu’elle est utilisée à des doses supplémentaires supraphysiologiques !

Alors pourquoi tous ces gens essaient de trouver des moyens ridicules pour la maximiser ? Sans doute ne trouvent-ils pas les bonnes informations ? !!

ideeCC

 

Donc, vous dites que la GH est sans valeur ?

Ne vous méprenez pas ! Je ne dis pas que la GH n’a absolument aucune utilité et est sans importance. Les personnes déficientes en GH qui complètent avec une GH normalisent le gras du corps en augmentant la lipolyse.

Cependant, il reste difficile de savoir si l’augmentation physiologique avec la GH conduit à une meilleure perte de graisse. 

La GH augmente même pendant la cardio afin de fournir des acides gras pour les muscles qui travaillent. A ceci, la GH n’est pas tout à fait sans importance mais l’accent qui a été placé sur elle pour l’anabolisme a été considérablement exagéré, et dans de nombreux cas, complètement fabriqué !

La vérité est que la GH a un effet permissif sur l’anabolisme. Les carences en GH vont nuire à la croissance.

Il est peut-être temps pour les BROSCIENTISTS de se sortir la tête des fesses et de dire la vérité sur le rôle réel de la GH !!

 

Traduction du site https://www.biolayne.com/articles/supplementation/growth-hormone-great-expectations/


References

  1. Florini JR, Ewton DZ, Coolican SA. Growth hormone and the insulin-like growth factor system in myogenesis. Endocr Rev. 1996;17(5):481-517
  2. West DW, Phillips SM. Anabolic processes in human skeletal muscle: Restoring the identities of growth hormone and testosterone. Phys Sportsmed. 2010;38(3):97-104.
  3. Fox SI. Regulation of Metabolism. In: Human Physiology 8th Edition. McGraw Hill. Boston: 2004. pp 622.
  4. Thompson DD. Aging and Sarcopenia. J Musculoskelet Interact. 2007;7(4):344-5.
  5. West DW, Kujbida GW, Moore DR, Atherton P, Burd NA, Padzik JP, et al. Resistance exercise-induced increases in putative anabolic hormones do not enhance muscle protein synthesis or intracellular signaling in young men. J Physiol. 2009;587(pt21):5239-5247.
  6. Doessing S, Heinemeier KM, Holm L, et al. Growth hormone stimulates the collagen synthesis in human tendon and skeletal muscle without affecting myofibrillar protein synthesis. J Physiol. 2010;588(pt 2):341-351.
  7. Dimke H, Flyvbjerg A, Frische S. Acute and chronic of growth hormone on renal regulation of electrolyte and water homeostasis. Growth Horm IGF Res. 2007;17(5):353-368.
  8. Taaffe DR, Pruitt L, Reim J, et al. Effect of recombinant human growth hormone on the muscle strength response to resistance exercise in elderly men. J Clin Endocrinol Metab. 1994;79(5):1361-1366.
  9. Taaffe DR, Jin IH, Vu TH, Hoffman AR, Marcus R. Lack of effect of the recombinant human growth hormone (GH) on muscle morphology and GH-insulin-like growth factor expression in resistance-trained elderly men. J Clin Endocrinol Metab. 1996;81(1):421-425.
  10. Yarasheski KE, Zachwieja JJ, Campbell JA, Bier DM. Effect of growth hormone and resistance exercise on muscle growth and strength in older men. Am J Physiol. 1995;268(2 pt 1):E268-E276.
  11. Yarasheski KE, Campbell JA, Smith K, Rennie MJ, Holloszy JO, Bier DM. Effect of growth hormone and resistance exercise on muscle growth and strength in young men. Am J Physiol. 1992;262(3 Pt 1):E261-7.
  12. West DW, Burd NA, Tang JE, Moore DR, Staples AW, Holwerda AM, Baker SK, Phillips SM. Elevations in ostensibly anabolic hormones with resistance exercise enhance neither training-induced muscle hypertrophy nor strength of the elbow flexors. J Appl Physiol 2010;108:60-67.
  13. West DW, Burd NA, Staples AW, Phillips SM. Human exercise-mediated skeletal muscle hypertrophy is an intrinsic process. Int J Biochem Cell Biol. 2010;42:1371-75.
  14. Godfrey RJ, Madgwick Z, Whyte GP. The exercise-induced growth hormone response in athletes. Sports Med. 2003;33(8):599-613.
  15. Hunter WM, Greenwood FC. Studies on the secretion of human-pituitary-growth hormone. Br Med J. 1964;1(5386):804-7.
  16. Engstrom EB, Burman P, Holdstock C, Karlsson FA. Effects of growth hormone (GH) on ghrelin, leptin, and adiponectin in GH-deficient patients. J Clin Endocrin Metab. 2003;88(11):5193-5198.
  17. Burd NA, West DW, Churchward-Venne TA, Mitchell CJ. Growing collagen, not muscle, with weightlifting and growth hormone. J Physiol. 2008;586(pt15):3701-3717.

 

Lu 1834 fois Dernière modification le mardi, 05 avril 2016 21:33

Voir tous les articles de Nicole