La stratégie de la restriction calorique reste pour l'instant l'une des meilleures stratégies pour vivre longtemps : les chiffres

Qui n’a pas recherché la jeunesse éternelle, qui n’a pas rêvé à l’immortalité ? Mythiques utopies dont la littérature abonde !

Plus sérieusement, pour vivre plus longtemps et en meilleure santé, une méthode simple et plus réaliste, discrètement acceptée par d’éminents chercheurs : la restriction calorique !

 

 En langage courant : Manger moins !

 

Cette formule pourrait effectivement nous aider  à vivre en meilleure santé et nous créditer de quelques années de plus ! Intéressant non ?

Pour paraitre plus jeune, vous avez le choix entre les crèmes traditionnelles,  les injections de produits (fastidieux !), les interventions chirurgicales (onéreux !) etc.….Ephémères, vous en conviendrez ! Et les résultats ne sont qu’apparents !

 

 

rides-botox

 

 

La restriction calorique, elle,  pourrait réduire les risques de certaines maladies en protégeant les cellules de notre corps et nous permettre ainsi de prolonger notre vie en meilleure santé. Et ces résultats là sont plus profonds et durables !

 La mythique et fameuse Fontaine de jouvence serait donc à porter de main !!

Edward  Weiss, chercheur de l’Université Saint Louis annonce qu’il y a beaucoup de preuves que la restriction calorique peut réduire les risques de nombreuses maladies, notamment les cancers, le diabète et les maladies cardiaques.

 

téléchargement 1

 

 

De la réduction des risques de maladies à l’allongement de la durée de vie, il n’y a qu’un pas que la restriction calorique pourrait  nous aider à franchir.

 

Quelques chiffres à l’appui

Mangez 15% de moins à partir de 25 ans = 4,5 années de plus à votre vie !

 

ih 150702 dr ravussin 800x600

 

 

Ça, c’est Eric Ravussin, chercheur au centre Pennington Biomédical en Louisiane, qui le dit !

Il apporte néanmoins une mise en garde sur cette estimation puisqu’elle est basée d’après des études sur les animaux. Mais, toujours d’après Weiss, ces études sont applicables à l’homme. Nous verrons cela  un peu plus loin.

Encore plus prometteur, des médicaments conçus sur la base de ce qui a été appris sur l’étude de la restriction calorique. Ils pourraient cibler des cellules humaines et offrir les mêmes avantages.

Ils pourraient même circonscrire les cellules coupables de certaines maladies comme le cancer ou la maladie d’Alzheimer.

 

Comment ça marche ?

 

Triiodothyronine

 

 

 

La restriction calorique pourrait amener l’organisme à générer moins de radicaux libres et  diminuer ainsi le rôle d’une hormone de la thyroïde (T3), ce qui ralentirait par conséquent  le métabolisme et  le vieillissement des tissus.

 

Quelques études sur l’homme

 

380 180    logo groupe de personnes 1424

Pendant un an, Weiss et ses collègues ont étudié  des hommes et des femmes entre 50 et 60 ans, non fumeurs, non obèses et en bonne santé.

Divisés en 3 groupes : n°1 groupe de restriction calorique, n°2 groupe d’exercice et n°3 groupe de contrôle.

Le groupe n°1 (RC)  a réduit de 300 à 500 ses calories par jour. (Un régime adulte sain devrait  comporter environ 2000 calories).

Le groupe n°2 a maintenu un régime alimentaire normal et pratiqué régulièrement de l’exercice.

Résultats ? Les groupes 1 et 2 ont connu des changements similaires de la masse de graisse corporelle mais…seuls ceux du groupe n°1 (RC) ont connu des niveaux inférieurs de l’hormone thyroïdienne (celle qui ralentit le métabolisme et le vieillissement des tissus, la T3) !

Une étude à long terme est encore nécessaire ! Encourageant néanmoins !

 

Pourquoi attendre ?

Les connaissances sur l’anti-vieillissement progressent. Weiss préconise néanmoins de prendre des mesures dès maintenant ! Lesquelles ?

En diminuant  tout simplement de 300 à 500 calories nos apports journaliers ! Et comment ?

 

art96

 

En sautant  par exemple le dessert (cela vaut bien un petit sacrifice !!) ou en substituant un produit de restauration rapide par un sandwich à la dinde.

Sans oublier, bien évidemment, la pratique régulière d’une activité physique.

exercice-contre-diabete big

 

 

Plus de recherche et d’études à long terme sont nécessaires bien sur et d’ailleurs, Jay Phelan, biologiste évolutionnaire de l’UCLA émet quelques bémols :

 « Les recherches récentes ont documenté un effet réel et intéressant de la restriction calorique chez l’homme, mais elles sont encore loin de démontrer que cela modifie la durée de vie humaine ».

 

 

Nos amis les bêtes !

 

3-sing10

 

De nombreuses études sur les animaux sont en cours.

 Il est avéré que les rongeurs sont de bons analogues aux humains et les chiens davantage !

En 2006, Christian Leeuwenburgh, de l’Université de Floride a montré que 8% de moins en nourriture et un peu plus d’exercice peut réduire ou même inverser le processus de vieillissement des cellules chez le rat.

La réduction des calories de 20 à 40% plus un peu d’exercices réguliers laisse les animaux âgés en meilleure forme.

Manger moins réduit également les maladies chroniques liées à l’âge chez les rongeurs.

Les rats suivant un régime alimentaire restreint sont physiquement plus aptes à la vieillesse.

Les rats qui ont mangé normalement ont perdu une quantité significative de masse musculaire maigre et acquis plus de matières grasses, alors que les rats qui ont suivi une restriction alimentaire ont maintenu leur masse musculaire maigre en vieillissant ! 

 

labrador-sable

 

 

Une étude passionnante sur 48 Labrador Retrievers a montré qu’en limitant de 25% leur régime alimentaire à partir de l’âge de 8 semaines,  leur a permis  de prolonger en moyenne leur vie de 1,8 ans.

L’étude sur  les Labrador a également indiqué qu’un corps maigre prévient certaines maladies chroniques comme par exemple l’arthrose, maux dont sont souvent atteints cette race de chiens.

D’autres études avec des singes sont en cours car ils ont une durée de vie plus longue : 25 à 30 ans.

 

Trouver l’équilibre

 

On sait donc une chose, c’est que la réduction des calories dans notre alimentation diminue les dommages oxydatifs dans les cellules avec comme conséquence un prolongement de la vie.

Une restriction calorique pendant 40 ans augmenterait notre vie de 4 années ou plus.

Alors, sommes-nous prêts à une alimentation restreinte tout au long de notre vie ?  

 

dean-potter-moonwalk-small

 

 

Phelan évoque une étude très intéressante avec des souris :

Les souris vivent plus longtemps si vous limitez leur alimentation de 10%. Elles vivent encore plus longtemps si vous limitez leur  régime alimentaire de 20%. A 50% elles vivent plus longtemps encore.

Mais si vous limitez leur consommation de 60%, elles meurent de faim !

Eh oui ! Tout est affaire de modération !

 

Big promesse ?

 

Phelan pense qu’il n’y a rien à l’horizon de la recherche, qui laisse à penser  que l’on pourrait prolonger considérablement la vie.

D’autres chercheurs sont plus optimistes : certains étudient les mimétiques CR ou composés qui imitent les effets de la restriction calorique. Celui qui a retenu l’attention est le Resvératrol, que l’on trouve dans le vin.

 

fete-de-la-gastronomie-francaise-2011

 

Ce qui nous amène à nous pencher sur le fameux « paradoxe » français. En effet, les français ont une alimentation plutôt riche en matières grasses mais vivent relativement longtemps.

Beaucoup pensent que le Resvératrol et autres composés que l’on trouve dans le vin rouge contribuent  à cette longue vie.

Mais autre paradoxe, personne ne veut investir dans des tests sur 70 années et la FDA (Food and Drug Administration) n’approuvera pas  l’utilisation d’un produit chimique sans tests approfondis !

Néanmoins, des chercheurs testent ces fameux composés sur des patients atteints d’Alzheimer pour voir s’ils ralentissent la dégradation des neurones. Des essais semblables commenceront bientôt sur des diabétiques !

 

Santé ou durée de vie ?

 

famille c

 

Les efforts de Ravussin combinés à toutes ces études pourraient néanmoins permettre de prolonger la vie d’une quinzaine d’années au cours de ce siècle.

Notre durée de vie a déjà considérablement augmenté ces dernières décennies et de nombreuses personnes sont au moins aussi préoccupées par leur vieillissement en bonne santé que par leur durée de vie.

Selon Carter, « même de petites réductions caloriques, aussi peu que 8%, se traduisent par une amélioration de la santé » !

 

lebre-nutrition

 

" Que ton aliment soit ta seule médecine "   Hyppocrate

 

 

Lu 1538 fois Dernière modification le dimanche, 13 mars 2016 13:05

Voir tous les articles de Nicole