jeudi, 29 mai 2014 00:00

Les grands mythes du lait

 

Voilà un sujet au cœur de bien de controverses, le lait de vache et les produits laitiers sont-ils aussi bons pour notre organisme qu'on veut nous faire croire ?

 

Je vais démystifier la pensée unique des aficionados du lait. Je peux l'affirmer haut et fort quitte à faire des mécontents ; oui, le lait est mauvais pour la santé !

 

Pourquoi ? Il existe plusieurs raisons... Ça fait un peu plus de 30 ans que l'on nous bassine avec de faux arguments, on nous berce de montagnes d'illusions, tout est merveilleux, tout est beau, tout est magnifique... nous nous sommes endormis depuis si longtemps... Désormais, des vérités éclatent au grand jour et le réveil va être dur pour la plupart d'entre nous ! Chaque lecteur de ce site est préoccupé pour sa santé. Même bien plus que cela, je pense que nous aspirons tous à améliorer notre qualité de vie, manger sainement et transmettre cet héritage à nos enfants. Ainsi, la nouvelle génération se retrouve aussi concernée par cette problématique.

 

Je suis effaré car le cauchemar ne fait que débuter. Je vous rassure ma prise de conscience a été très tardive. Il y a encore 2 années, j'étais un grand consommateur de produits laitiers. Le déclic est venu depuis que je conseille mes clients au sein d'un magasin bio. J'ai donc fait la bascule... j'ai entrevu l'envers du décor pour finalement briser la matrice du politiquement correct.

Des heures de recherche, des discussions interminables avec la naturopathe m'ont permis d'attester du constat suivant ; oui, le lait est mauvais pour la santé !

 

Pour commencer, il faut comprendre que l’engouement pour le lait date de l’après seconde guerre mondiale. Il a pris son essor lors des trente glorieuses, s'est inséré dans la société de consommation a tel point qu’aujourd’hui il se dresse insolemment comme une muraille infranchissable.

Pourtant, il n'y a qu’un pas entre ce monde fantasmé et la réalité froide et inaliénable. Le mythe du lait est la propagande orchestrée par une industrie laitière toute puissante. Les enjeux sont considérables et se chiffrent en milliards de dollars.

 

Beaucoup de gens pensent que les produits laitiers sont essentiels voir indispensables.

 

Il faut manger 3 produits laitiers par jour ! C'est de la pure connerie et totalement faux !

 

C'est le résultat d'un marketing mensonger (tout autant que les 5 fruits et légumes par jour que l'on nous vend à coups de spots publicitaires). C'est une véritable arnaque car il existe de nombreuses alternatives. J'en parlerai d'ailleurs plus tard.

La stratégie des producteurs laitiers est diabolique. Elle s'appuie sur des groupes de médecins, des chercheurs mais bénéficie grandement d'un soutien de l’État (en France) avec une armée de fonctionnaires à sa botte. Ajoutez les hordes de lobbyistes, les consultants, les diététiciens et vous avez le mélange parfait de ce désastre.

 

Mais continuons... Voici des statistiques édifiantes ! Saviez vous que 75 % de la population mondiale serait intolérante au lait ? Étonnant non ? Et bien, pas autant que ça !

Avez vous déjà vu une chèvre boire du lait de vache et inversement ? Bien sur que non ! Il devrait en être pareil pour les humains avec le lait de vache. Il n'est pas conçu pour nous, mais pour le veau. De plus, il est consommé uniquement en période de sevrage par ce dernier. Beaucoup de personnes ignorent cette évidence. Elles préfèrent admettre naturel ce qui est à la base contre nature. Et après on se plaint de douleurs intestinales. Le marketing vicelard a fait son œuvre.

 

Dr Émile Plisnier (médecin homéopathe) :
« Le lait est un aliment beaucoup trop riche. On voit donc immédiatement qu’il doit être pris, toujours, avec discrétion. Sinon il empâte les voies digestives au point d’empêcher l’assimilation des autres matériaux alimentaires. Le lait contient beaucoup de protéines. Pour cette raison il est la plaie des dyspeptiques maigres auxquels on le recommande pour grossir; ou des allergiques dont le tempérament s’accorde mal avec cet aliment riche en protéines. L’expérience montre qu’il fait rarement grossir les maigres, mais les fatigue presque toujours. »

 

Maintenant passons à d'autres idées reçues !

 

Le mythe éternel du calcium !

 

Braves gens mangez donc des produits laitiers ils sont les seuls à vous apportez autant de calcium ! Encore une aberration, une connerie monumentale... c'est faux, totalement faux, et désavoué par bon nombre d'experts ! Le calcium des laitages est absorbé en moyenne à 30 % alors que celui de certains légumes peut aller jusqu'à 60 % !

 

Buvez du lait pour avoir des os solides !

 

Il faut savoir que le lait contient du phosphore en quantité importante, or c'est un acidifiant pour l'organisme. Son action empêche le calcium (matière alcalinisante) de se fixer sur les os. Si vous mangez régulièrement des produits laitiers cela a pour effet de fragiliser votre squelette au lieu de le renforcer.

 

Le cas de l'ostéoporose :

 

Le problème de l'ostéoporose découle de la consommation excessive de produits laitiers. Il est à noter que dans les pays asiatiques la majorité de la population ne connaît pas de soucis avec l'ostéoporose (bien que cela change avec la génération actuelle). Dans leur régime alimentaire le lait et ses dérivés n'existent tout simplement pas. En réalité, la culture occidentale a instauré ce dogme. Aujourd'hui, on voit quelles en sont les conséquences.

 

Aux États-Unis, au Canada, en Europe, combien de personnes souffrent d'ostéoporose ? Près de 200 millions au total ! En France près de 3 millions ! Avec le vieillissement de la population le phénomène va s’accélérer d'avantage ! On estimerait déjà que 40% des femmes âgées de plus de 50 ans développeraient dans le futur des complications liées à cette maladie.

 

Vous avez dit une source d'allergie ?

 

Oui. Le lait est la première cause d’allergie chez les jeunes. Un enfant sur deux présenterait des allergies au lait. Les pédiatres préconisent d’introduire les laitages qu’à partir du 6e mois voir idéalement au bout d'un an.

 

Pour les personnes allergiques aux produits laitiers, il y a des réactions non négligeables. Le lait favorise le développement de mucus et de problèmes persistants comme la toux chronique, des infections, de l'asthme... 

 

La caséine et les polluants

 

Beaucoup de personnes sont intolérantes aux produits laitiers notamment à cause du taux de caséine qui s'avère trois fois plus élevé que celui du lait maternel. Cependant, l'autre principal danger émane de la nourriture que mange les vaches. Elle peut contenir des substances toxiques. Aujourd'hui les élevages subissent de plein fouet des pollutions diverses et variées. Une alimentation aux céréales traités, les OGM, la mauvaise hydratation, sans parler des médicaments et autres antibiotiques… Ensuite on retrouve ce joyeux mixe dans le lait ingéré ! Bon appétit !

 

Ce n'est pas fini ! Encore un gros scoop !

 

Savez vous que le lait peut être composé de pus « cellules somatiques » ?

 

C'est en effet par ces cellules que transitent les mastites dont sont victimes un tiers des vaches laitières.  Le taux de cellules somatiques d'un lait sain est compris entre 0 et 100 000/ml. L'industrie laitière est autorisée à mettre sur le marché du lait avec un taux de 400 000/ml. Évidemment pour éponger leurs pertes, les industriels et les grandes compagnies emploient des méthodes peu orthodoxes. Du lait sain est allègrement mélangé avec du lait contaminé à un taux conforme aux normes c'est-à-dire légèrement inférieur à 400 000/ml.


Voici une citation du Docteur Vogel un naturopathe suisse de renommé :

 

« A condition qu’il soit de qualité irréprochable, le lait constitue un aliment précieux. Étant donné cependant le mauvais état de santé de beaucoup de bêtes qui sont souvent atteintes de tuberculose, le lait n’est pas indiqué dans tous les cas. Dans l’arthrite et dans de nombreuses affections graves, il vaut mieux s’en passer complètement. »

 

Les risques cancérigènes

 

Le lait et ses dérivés favoriseraient l'apparition de cancers. L'étude Suvimax réalisé sur 13 000 individus a permis de démontrer la corrélation entre consommation de produits laitiers et plusieurs cancers.

 

Le constat est sans appel :

 

Chez les femmes ils seraient un facteur déclenchant du cancer du sein. Chez les hommes le mythe fumeux des trois laitages par jour nous gratifie d'une bonne chance de développer un cancer de la prostate.

 

Les risques cardio-vasculaire

 

Un professeur de l'université d'Oslo, Christian Devron, affirme que "les lipides contenus dans le lait sont parmi les premiers responsables des accidents cardiaques". Toutefois d'autres chercheurs se veulent plus mesurés. Ils reconnaissent néanmoins que le lait contient des graisses lactiques en forte quantité ce qui augmente le cholestérol. Et nous savons tous que le cholestérol a un impact fracassant sur les maladies cardiaques.

 

 

Ma conclusion :

 

Des années de marketing propagandiste pilotées par des industriels assoiffés d'argent, des pseudo experts avec en sous-main avec le laxisme de fonctionnaires corrompus ont réussi à abrutir encore plus la masse bien pensante. Le mythe des bienfaits du lait est un des pires scandale de l'histoire agroalimentaire. Dans les sociétés occidentales les gens sont manipulées par la publicité, ils ne s'en rendent même plus compte.

 

candia le lait ça conserve 

  

Le lait ça conserve ! mon œil ! Le paradoxe c'est qu'après avoir lu mon article, il y aura toujours des personnes qui croiront à cette belle fable ! Mais l'Homme est tel qui l'est ! Vous pouvez vous informer (avec cette vidéo par exemple : https://www.youtube.com/watch?v=ZHQ9TSePOmE) et prendre les décisions qui s'imposent.

Je ne suis qu'un maillon de cette chaîne infernale. Mon but est de créer du lien, faire partager mon expérience personnelle. Ensuite que ça plaise ou non, finalement je m'en fiche. L'essentiel est que cela vous fasse réagir et qu'enfin nous puissions détraquer les rouages du politiquement correct !

 

Quelles sont les solutions face au mythe du lait ?

 

J'opte pour le lait de riz (le meilleur à mon avis avec car c'est le plus neutre). Je bois 1 ou 2 verres chaque matin. De temps à autre j'alterne avec du lait d'amande ou du lait d'avoine. Les laits végétaux sont aussi beaucoup plus digeste que le lait des animaux. De surcroît, le calcium qu'ils contiennent est vraiment mieux absorbé par notre organisme.

Je mange également des légumes, choux, salades, poivrons, tomates... des oléagineux comme les noisettes et les noix de cajou...

 

Si vous tenez toujours autant à vos vieilles habitudes, prenez des produits laitiers d’origine agriculture biologique ! C'est impératif !

 

Je déconseille le lait de soja qui est selon moi un véritable poison. J'en parlerai dans un prochain édito. Promis ! Çà fera l'objet d'un sujet très intéressant. Pourquoi pas les mythes du soja après ceux du lait !

 

Maintenant je dois vous quitter... A la prochaine ! Oh j'oubliais je vous laisse avec une copine, je vous présente Marguerite.

 

marguerite

 

Surtout, dites lui bien haut et fort : le lait ça conserve ! Avec un peu de chance, elle se souviendra de moi !

 

Bye et que le lait vous conserve !

 

 

 

Publié dans Blog

Il existe aujourd'hui dans le monde un vrai problème pour se fournir en bonnes protéines. Nous sommes en tant qu'humain des chasseurs cueilleurs. Pour des raisons pratiques et sociales, nous avons muté nos régimes alimentaires vers les céréales et légumineuses, mais la vérité, c'est que nous sommes génétiquement et naturellement fait pour avaler des protéines avec des fruits, des crudités et des légumes.

 

Notre besoin en protéines est vital. En plus, on en tire les acides aminés essentiels qu'on ne peut pas fabriquer par nous mêmes et qui doivent être apportés de l'extérieur par l'alimentation.

 

Les oeufs ont été diabolisés de manière absurde

 

Le souci, c'est qu'en dehors des oeufs dont on peut facilement contrôler la fabrication, il est de plus en plus dur de trouver de la protéine animale de qualité. Et quand la qualité est là, les prix explosent littéralement, rendant la production difficile par manque de consommateurs suffisamment capitalisés.

 

Les protéines végétales sont faciles à trouver, mais elles viennent avec les céréales et légumineuses qui sont des bombes à glucose, donc à graisse. Moi, avoir une apparence FAT, c'est pas ma came.

 

Dans la logique assez destructive de faire baisser au maximum les coûts de fabrication de la nourriture humaine, le monde actuel a misé sur le tilapia, un poisson incroyablement sympathique, une sorte de machine increvable capable de survivre dans les pires conditions de vie. Bien pratique pour faire du pognon le copain tilapia...

 

Je parle en connaissance de cause, j'en ai 98 dans ma petite marre du Costa Rica. On en avait mis 103 tout bébé. Mais au bout de deux ans, un petit alligator traînait au milieu des canards. On ne voyait plus aucun tilapia apparaître à la surface. En plus, il y avait une tortue sauvage. Bref, on a fini par conclure que les tilapias avaient trépassé et on a arrêté de leur filer du riz maïs cuit... Un jour, n'étant pas fana des alligators, je donne mon accord pour vider la marre et la nettoyer, tout au passage en expropriant le bébé alligator qui m'inspirait très moyennement confiance. A notre grande stupéfaction, on a comptabilisé 98 tilapias. Ils avaient tous survécu et grossi, 6 inch en moyenne. Ce sont des machines à survivre hallucinantes. Ils se planquaient dans le fond de ma marre, en mangeant les végétaux qui tombaient dedans.

 

L'industrie agro alimentaire s'est emparé du phénomène et depuis une décennie, le tilapia est devenu le poisson consommé numéro un dans le monde. Il est partout, y compris dans les plats surgelés, les cantines des enfants des écoles du monde entier, en sushi dans les resto japonais...

 

Les producteurs leur filent littéralement de la merde à  bouffer, des excréments d'autres animaux, des déchets divers. Les chinois sont exportateurs numéro 1 mondial et ils rivalisent d'ingéniosité pour faire grandir ces petites bébêtes de tilapia pas chiants sans dépenser un radis...

Au Costa Rica où je réside une partie de l'année (et où je suis actuellement en train de vous écrire), des fermes de porcs se lancent en parallèle avec de l'aquaculture de tilapia. Ils prennent la merde des porcs, la font sécher, puis balancent ça direct dans les étangs. Pour les boeufs, les grandes compagnies de production d'ananas utilisent les têtes d'ananas gorgées littéralement de produits chimiques (elles plantent en effet jusqu'à 50.000 têtes par hectares), les découpent en mulch et nourrissent les boeufs avec qui se retrouvent littéralement empoisonnés. Que ce soient les tilapia ou la viande de boeufs, toute cette délicieuse et charmante production part nourrir les américains dont la moitié ressemble plus à des épaves humaines physiquement qu'à des humains. On se demande bien pourquoi hein... ?

 

Quand on dit aux parents français que leurs enfants avalent des poissons fabriqués avec des excréments pour qu'ils puissent payer moins cher et libérer du budget pour les "devices" électroniques, là, vous pouvez voir dans leurs yeux un sacré dilemme. Invariablement pourtant, ils donnent leurs accords... Ils ont juste besoin de trouver une excuse potable, genre, je ne peux pas faire autrement (traduisez, je ne peux pas faire autrement que laisser la société empoisonner mon enfant... alors que si on peut toujours faire autrement justement, ce n'est qu'une question d'engagement !)

 

Evidemment, quand on analyse en prise de sang ce qui se passe dans le corps humain après avoir ingéré du tilapia, on saute au plafond. Des études ont été faites au canada et aux USA. Omega 9 qui explosent, produits chimiques en tout genre, le coktail est édifiant.

 

Beaucoup de gens le savent, mais tout le monde la ferme. Pour une simple question de pognon comme d'habitude. Faut pouvoir payer un IPHONE à tous derrière... Imaginez si le prix du tilapia est multiplié par trois pour cause d'upgrading de process de fabrication ? C'est la guerre.

 

Allez, militons tous ensemble. Du tilapia dégueu pour tous et un SAMSUNG avec ! Du tilipia dégueu pour tous et un SAMSUNG avec !

 

Répétons.

 

Charles Dereeper

 

 

Publié dans Blog

Le 26 avril 2007 paraissait le livre TOUS GROS DEMAIN de Pierre Weill, cofondateur de la filière omega 3 Blanc Bleu Coeur. Dans son livre, il relate ses expériences qui sont d'une logique limpide. En gros, si on donne de la merde à bouffer aux animaux qui nous nourrissent, étant en bout de chaîne, on ingère en tant qu'humain cette merde au final. Les animaux ne sont pas des alchimistes... Si on les nourrit correctement avec des céréales de qualité et adéquate (et non du soja transgénique pourri en provenance du tiers monde pour baisser les coûts de fabrication...), si en plus, on agrémente leur nourriture de lin, une céréale à fort taux d'omega 3, on produit des protéines de très bonne qualité. Testé grandeur nature, cette logique a prouvé ses bienfaits sur l'homme. C'est même un miracle que cette filière ait émergé et survécu ! Dans le monde corrompu et pourri des fonctionnaires et bureaucrates de tout bords qui avalent par millions d'euros chaque année les pots de vin pour organiser le fonctionnement du marché de l'agro alimentaire, Blanc Bleu Coeur leur a échappé...

Je vous invite à lire mon enquête sur le petit secret totalement illégal qui permet de réduire de 50% la vitesse de son vieillissement et pourquoi il est très probable que le but des autorités sanitaires occidentales soit de faire claquer au plus vite les baby boomers qui menacent directement l'équilibre financier des Etats et non de maximaliser la bonne santé de tous !

 

Les oeufs sont des protéines et sont donc confrontés au carnage de la production alimentaire industrielle dans ce domaine à côté du porc, du boeuf ou des poulets (on pourrait rajouter l'explosion de l'aqua culture, type tilapia ou saumon qui rivalise en nocivité). Qui dit carnage dit pipo massif pour rassurer les masses.

 

Manger plusieurs oeufs par jour est paraît il dangereux pour la santé !

 

Ben voyons... La vérité, c'est que manger plusieurs oeufs par jour issus de la production industrielle, est dangereux pour la santé. Mais à vrai dire, comme l'a montré Blanc Bleu Coeur, manger n'importe quoi produit n'importe comment, provoque des soucis de santé à terme, que ce soit l'obésité, le diabète ou tous les soucis techniques que rencontrent les occidentaux depuis quelques décennies... La question n'est donc pas liée aux oeufs, mais aux modes de production !

 oeufs2

 

Ensuite, la propagande raconte que manger plusieurs oeufs par jour est dangereux à cause du jaune d'oeuf qui augmente le cholestérol et donc le risque de maladies cardio vasculaires !

 

Il y a plusieurs choses à répondre. Avec une production d'oeufs de poule de qualité, cad, bio, sans chimie, avec espace adéquat pour les poules, alimentation adaptée (riz, maïs, lin...), le jaune d'oeuf est tout sauf toxique. La balance des omega 3, omega 6 et omega 9 est littéralement modifiée, avec les conséquences favorables qu'on connaît pour l'organisme humain.

Mais surtout, il reste à prouver de manière définitive que le cholestérol est la source de tous les maux, dont les maladies cardio vasculaires... La communauté scientifique est plus que divisée sur ce sujet. Un caillot de sang est formé qu'à un tiers de lésion dont une partie est le choléstérol. Les deux tiers sont une fibrose qui n'a rien à voir avec le cholestérol... Son rôle serait donc limité à hauteur de 10 à 15% pour certains.

 

En outre, de nombreuses études ont fait surgir des conclusions surprenantes. Le cholestérol et la récupération musculaire après efforts sportifs sont complètement corrélés !!! Plus on a de mauvais cholestérol et meilleur on est en sport... Quand on pratique une activité sportive intensive, le taux de cholestérol dans le sang chute dans les deux heures et il met parfois 3 jours à revenir à la normale (d'où d'ailleurs un rappel sur la prise de sang qui est une photo instantanée à un instant T et qui ne veut souvent pas dire grand chose, selon qu'on a baisé, mangé ou fait dans les heures qui ont précédé le prélèvement). En optimisant l'apport de cholestérol, il semblerait que l'efficacité de l'organisme soit fortement augmentée.

 

sports

 

L'oeuf est diabolisé. C'est pourtant l'une des sources de protéines les plus fiables, avec un profil d'acides aminés essentiels presque parfait. Ses conséquences santé quand on consomme un produit qualité, ne sont pas absolument pas négatives contrairement à ce que raconte la propagande massive. En plus, c'est l'une des protéines qui coûtent le moins cher à produire, que ce soit en impact écologique ou strictement financièrement.

 

Pour ma part, j'ai créé dans ma maison au Costa Rica un enclos spécial d'une centaine de m², avec une grosse marre, dans lequel on entretient une quinzaine de poules, un lapin et des canards. Je me suis battu pendant plus d'un an avec le manager de ma propriété pour qu'il prenne conscience que les produits ajoutés à l'alimentation pour faire pondre tous les jours les poules, n'étaient pas les bienvenus. J'ai du lui expliquer à de nombreuses reprises que je préférais entretenir 15 poules au lieu de 8 et ne rien stimuler du tout... Petit à petit, il a fait du chemin aidé aussi par une réthorique bio promue par la TV costa ricienne. Aujourd'hui, 5 ans après, il a pigé. Il prend vraiment soin de nos poules.

J'avale entre 2 et 5 oeufs par jour selon le sport que je fais. Mes prises de sang n'ont jamais rien donné en terme d'alertes... On leur donne du maïs en grain, du riz, des fruits produits sur place type banane et papaye, un peu de lin et un peu de quinoa. En plus, elles accèdent à bcp d'espaces naturelles dans lequel elles avalent tout un tas de trucs. Il faut aussi voir des poules se jeter sur un serpent. Elles deviennent hystériques, de véritables furies tueuses !

 

Je veux profiter de cet article pour soutenir l'initiative de Pierre Weill qui a ouvert une énorme brèche dans le pipo massif auquel nous sommes confrontés (en voici 10 énormes exemples que j'ai récemment rédigé). Je le remercie ici ! Quand à tous les abrutis défenseurs du modèle alimentaire toxique, et les promoteurs acteurs de la bouffe industrielle, messieurs, je vous méprise. Il n'y a malheureusement aucun moyen de vous faire répondre de vos actes, compte tenu de l'enjeu capital de l'alimentation dans les économies modernes développées, mais il y a vraiment de quoi vous passer à la guillotine pour toute la merde que vous semez dans votre sillage.

 

Charles Dereeper

Publié dans Blog

Quels sont les faits connus ?

Les tests sur les animaux à courte espérance de vie (entre 0 et 3 ans) peuvent gagner jusqu'à 50% de longévité supplémentaire en réduisant de 20 à 60% leur apport calorique (sans renoncer aux vitamines, anti oxydants, minéraux...).

 

Certains tests ont également confirmé et validé cette approche sur les singes dont l'espérance de vie est plus longue.

 

De nombreux scientifiques s'interrogent de la possibilité de transposer cela sur l'homme se demandant si la stratégie de restriction calorique marchera ou non. Ils affirment qu'on ne sait pas aujourd'hui si c'est efficace ou non.

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec eux. Il existe un peuple sur terre qui a déjà essayé et qui a obtenu les mêmes performances que les animaux. Il s'agit des anciens japonais d'Okinawa. La quantité de calories qu'ils absorbent est extrêmement basse en comparaison de l'Europe. Et ce sont les super champions du monde du vieillissement en bonne santé. Est ce un hasard ?

bienvieillir

 

Quels sont les bénéfices d'une diète à base de restriction calorique ?

En mangeant moins, il est plus que probable que nous encrassons moins la machine et que nous forçons notre corps à optimiser la manière dont il brûle les calories. Conséquence, nous vieillissons moins vite.

En mangeant moins, il est plus que probable que nous gagnons en santé, car la bouffe nous tue à petit feu et est souvent à l'origine de nos problèmes de santé.

En mangeant moins, nous disposons d'un surcroît non négligeable d'énergie. Quiconque fait l'expérience de la restriction calorique sent au bout d'un certain nombre de trimestres une grosse patate jamais connue auparavant.

 

restrictioncalorique

 

Quels sont les inconvénients de la restriction calorique ?

Le premier danger est la fonte de la masse musculaire. Tous ceux qui se sont lancés dans la restriction calorique, sont geôlés comme des crevettes. Donc cela impacte le sex appeal. Pour une femme, la minceur est un atout. Pour un homme, c'est un énorme défaut. Les femmes sont mondialement attirées par la masse musculaire des hommes. En France, un peu moins, mais dans le reste du monde, beaucoup.

Le deuxième souci de la restriction calorique, c'est la mise en oeuvre. Il faut être averti. Il faut supplémenter en vitamines, anti oxydants, minéraux. Certains soulignent le fait que c'est désagréable, car on a faim. C'est faux ! A partir du moment où on se lance en douceur, mois après mois, tranquillement, le métabolisme de base s'abaisse doucement, sans douleur.

Le troisième souci, celui qui m'a posé le plus de difficulté, c'est de comprendre les contraintes d'un métabolisme de base bas. Si on remange plus qu'avant, notamment dans le cadre d'activités sportives, on explose très rapidement en graisse. Car le corps optimise le rapport calorie apportée / énergie à disposition. Il est vraiment compliqué mais pas impossible de se régler pour ne pas être fatigué, faire du sport et continuer à 1500 calories par jour.

Le quatrième souci, en dehors du fait que déplacer son métabolisme de base vers le bas est presque définitif, car le déplacement vers le haut, se traduit, on vient de le voir, par une explosion de graisse, le quatrième souci donc, c'est qu'il est extrêmement difficile de maigrir. Une personne à 2000 calories jour doit descendre à 1700 ou 1600 pour beaucoup maigrir. 1600 calories par jour est plus que vivable quand on connaît la densité calorique des aliments. Il y a de quoi largement manger. Mais maigrir quand on a un métabolisme de base à 1500 calories par jour, cela implique qu'il faut descendre à 1200 et là, c'est la tannée. C'est invivable. La sensation de faim et du manque est réelle et infernale à vivre.

restrictioncalorique2

Le cinquième souci, c'est que faire de la restriction calorique implique mécaniquement un upgrade de la qualité de ce qu'on avale. La bouffe dégueulasse industrielle (y compris pour les fruits et légumes) est abandonnée. Le palais de la bouche mute au contact des bons aliments, sains et forts en goût. L'estomac perd son aptitude à digérer les saloperies  chimiques (arômes, conservateurs...). Il faut deux à cinq heures de soucis d'estomac au contact de la bouffe de monsieur tout le monde tellement elle est chargée en chimie. Surtout, les sensations et le plaisir de manger changent et nécessitent de trouver une qualité maximale qui est parfois difficile à assurer. En clair, si on a pas un jardin pour se fournir soi même, nous devenons dépendants des grandes villes où il y a suffisamment d'illuminés dans notre genre pour faire vivre quelques distributeurs spécialisés dans les bons produits alimentaires. A titre perso, je produis beaucoup au Costa Rica pour mes besoins et à Bangkok, les VILLA MARKETS ont une excellente offre de produits frais bio. En France j'achetais beaucoup dans les biocoop.

 

Le jeu en vaut il la chandelle ?

Voilà 7 ans que je fais de la restriction calorique. Autour de moi, petit à petit, une dizaine de personnes ont changé et adopté ce mode de vie, en s'inspirant de mon expérience. 100% d'entre elles ont constaté à long terme les mêmes effets positifs. Les mêmes que les miens. Avec bonne intelligence, la restriction calorique semble apporter un vrai booste et un vrai plus à la vie. J'ai bien conscience que 10 personnes est ridicule pour valider un mode de vie hors norme. En vérité, je ne sais pas plus que vous ou les scientifiques si c'est bien à très long terme (horizon 20 ans) pour des millions de gens. Il faudrait tester avec les difficultés que cela comporte comme je l'explique sur les tests de l'efficacité des régimes alimentaires.

Et comme je l'ai souligné, il y a des contraintes définitives qui ont des conséquences majeures sur le mode de vie. On ne peut plus faire machine arrière, une fois lancé.

 

Charles Dereeper

Publié dans Blog

Je viens du monde de la modélisation des cours boursiers. J'ai appris pendant plus d'une décennie à ne pas tomber amoureux de mes idées et à tout tester en terme de pertinence. J'ai donc appris que la plupart de mes idées qui me paraissaient super belles, étaient en fait foireuses.

Il est extrêmement rare et compliqué de percevoir correctement la réalité dès le premier coup. On identifie des patterns. On a souvent l'impression qu'on peut les généraliser alors que non, ce n'est pas possible. On croit tous, très souvent dur comme fer à une quantité de grosses conneries. L'univers de la finance étant mathématique, il est rapidement possible de se confronter à la réalité. Donc on abandonne les grosses conneries. On finit ensuite avec les années par se méfier de soi même en tant qu'humain et on intègre dans nos raisonnements nos faiblesses d'humains.

 

L'énorme souci dans le monde de la santé et de la nutrition, c'est qu'il n'existe pas de logiciels et d'intelligence artificielle pour back tester l'impact d'un régime alimentaire et son efficacité sur l'art de bien vieillir des humains. Il n'existe pas de données statistiques qui permettent de faire de la modélisation par tâtonnements et échecs.

Il faut réaliser grandeur nature des tests sur des milliers d'humains, qui n'auront pas un comportement parfait dans la réalisation. Cela coûte très cher et exige beaucoup de temps. La courbe d'apprentissage en matière de nutrition est donc très lente.

 

Revenons à la théorie du régime alimentaire spécifique par groupe sanguin. Mis au point par le docteur Peter Adamo, le principe consiste à faire avaler une nutrition différente en fonction de chaque groupe sanguin, car ces groupes sanguins sont la conséquence de dizaines de milliers d'années d'évolution humaine.

Des chercheurs de la faculté de médecine de Toronto au Canada ont décidé de tester le concept en recrutant 1455 personnes.

Rapidement après plusieurs semaines de test, la moitié suivant une logique et l'autre moitié des personnes faisant l'inverse, avec une nutrition à contre leur groupe sanguin, il s'avère que l'idée des groupes sanguins ne produit pas d'amélioration. En fait, tous les patients s'améliorent en fonction du choix du programme alimentaire suivi. Certains gagnent en insuline, en pression artérielle, en triglycérines, en cholestérol ou en perte de poids. Mais aucun ne parvient à optimiser les résultats à partir du groupe sanguin.

 

Certes, on peut dire qu'il faudrait attendre un an ou plus pour pouvoir mesurer correctement l'impact des groupes sanguins.

 

Mais, ce qui ressort de manière certaine de l'expérience, c'est qu'une alimentation saine produit des résultats immédiats. Manger sainement n'est pas compliqué techniquement. Ce qui est dur, est de le faire, jours après jours, semaines après semaines et années après années. Ce que je veux dire, c'est qu'en mangeant sainement, on est en bonne santé. Il n'y a donc aucun besoin d'optimiser ce qu'on avale en fonction de son groupe sanguin, en se prenant la tête comme des dératés. C'est le point crucial qui échappe aux clients de ce docteur.

 

Le truc qui est incroyable, c'est que les humains commencent par bouffer comme des fous furieux. Ils se détraquent le corps, tombent malades, grossissent. Et une fois qu'ils constatent le souci, au lieu de diagnostiquer l'endroit où ils ont merdé (bouffer de la merde en trop grande quantité pendant bien trop longtemps), ils préfèrent continuer à faire les fous en cherchant une solution ultra élaborée à leur problème (dans le cas du jour, un régime alimentaire spécial), qui est en réalité très très simple (remanger sainement et normalement)...

 

Quand au fameux docteur et à sa théorie des groupes sanguins, mon petit doigt me dit qu'elle ressemble à toutes les belles idées qui existent dans le monde de la finance, qui finissent à la poubelle car non efficaces malgré leur beauté conceptuelle... Cela confirme ce que je pense que la nutrition et la santé au quotidien n'ont pas besoin de docteurs en tout genre... Le bon sens (quand on en a encore, ce qui par les temps qui courent, est rare) suffit amplement. Notre corps envoit toutes les infos dont on a besoin pour savoir et faire. Encore faut il être capable d'arrêter de penser la réalité et de parvenir à écouter une autre logique, physique et sensations, en acceptant que notre raison ait tort, que notre pensée va de travers.

La norme sociale est la forme de manipulation la plus ultime et la plus méconnue. Dans le domaine de l'alimentation, la norme sociale joue à bloc. Il faut s'en extraire et le plus court chemin consiste à admettre que notre pensée est verrolée par des décennies de marketing intensif. La plupart des gens s'estiment immunisés contre la pub. Malgré cela, des milliards sont investis chaque année en pub... cherchez l'erreur ? Ceux qui quantifient les résultats de leur pub et qui recommencent années après années ? Ou ceux qui PENSENT qu'ils sont immunisés ? Je vous laisse le dernier mot...

 

Charles Dereeper

 

 

Publié dans Blog
Page 2 sur 2